ACTUS FCBTP

Formation de canalisateur : une grande première orchestrée par la FCBTP, le FIAF, l’AFBTP et les entreprises !

C’est officiel : les entreprises de VRD peuvent désormais former leurs salariés à la canalisation. Les principaux partenaires de ce projet se sont retrouvés sur le plateau de l’AF-BTP vendredi 7 septembre pour récapituler les enjeux de cette initiative. Une première formation, sur le mode de l’alternance, avec 12 participants a démarré lundi 10. Objectif poursuivi : pouvoir la pérenniser et offrir au territoire la reconnaissance du métier.

Les représentants de la FCBTP, du FIAF, de l’AF-BTP, d’entreprises lors de la présentation de la formation de canalisateur.

Alors qu’en Métropole, le métier de canalisateur correspond à un diplôme de type CAP, BEP ou un certificat de qualification professionnelle, en Nouvelle-Calédonie, aucune formation n’était proposée jusque-là. Conséquence : les entreprises spécialisées en VRD, malgré leurs attentes, n’avaient pas d’autre possibilité que de former leurs ouvriers sur le tas ou en interne, en complément de leur activité courante. « Avec des équipements en eau potable, voirie ou encore assainissement et la création de réseaux toujours en constante augmentation, les entreprises plébiscitent aujourd’hui une telle formation, car elle correspond pleinement à leurs besoins en montée en compétence de leurs salariés. Canalisateur, c’est un métier à part entière et nous sommes ravis que ce projet ait pu aboutir », souligne la FCBTP.

Un dossier rondement mené

Des mois de travail et de concertation ont cependant été nécessaires pour monter ce projet avec les différents acteurs selon le cheminement habituel : cibler les besoins, définir le contenu, le rythme de la formation et le plan de financement et enfin, trouver les formateurs. Si la FCBTP a recensé le nombre d’entreprises intéressées et sollicité le  FIAF (Fonds interprofessionnel d’assurance formation) pour les accompagner, plusieurs d’entre elles, comme la Calédonienne des eaux, Sogea ou encore Meeting intérim ont affiché spontanément leur volonté d’inscrire des salariés à cette formation et ont activement participé à la concrétisation du projet.

Formation gratuite pour les entreprises

Côté financement, elle est prise en charge à 100 % par le FIAF. « La formation est gratuite pour les employeurs et le coût total par stagiaire s’élève à 284 800 F. En complément, ils peuvent utiliser leur enveloppe de 400 000 F prévue par le cadre général du FIAF afin de défalquer les salaires lorsque les employés sont en formation », précise Stéphanie Cano, responsable du secteur BTP au FIAF. Concrètement, les salariés sont formés en alternance, un temps sur le plateau de l’AF-BTP, à Ducos, pour la théorie, et au sein de l’entreprise pour la pratique. « Nous sommes fiers d’avoir été mandatés par la FCBTP en tant qu’opérateur et nous avons fait appel à trois formateurs selon la déclinaison des thématiques y compris le management et la communication, un volet très important dans ce métier », indique Patrick Navarro, le directeur du plateau de formation.

Contrôle continu et suivi

Les 109 heures de formation se dérouleront au centre sur cinq semaines : trois au centre, entrecoupées par deux autres en entreprise avec un tuteur pour la pratique. Par ailleurs, les acquis seront évalués par un contrôle continu et chaque personne sera suivie durant deux mois. « Il est impératif que tous les objectifs de chantier soient garantis à l’issue de cette formation », poursuit-il. 12 salariés ont été accueillis le 10 septembre et tous les partenaires attendent avec impatience les retours de cette première session. Un tremplin vers un CQP canalisateur ? A suivre…

Les partenaires du projet 

et  les entreprises : Calédonienne des eaux, EL2T, Jean Lefebvre Pacifique, Meeting intérim, Sogea

Le contenu de la formation

  • Technologie du canalisateur VRD
  • Management-communication
  • Terrassement-voirie
  • Alimentation en eau potable
  • Sauveteur secouriste du travail
  • Évaluation des compétences

Le métier de canalisateur en video    
Témoignages

  • Meeting Interim: « Nous sommes ravis de faire connaître ce métier qui manquait cruellement de reconnaissance. »
  • EL2T: « Cette formation nous tient vraiment à cœur. Le métier de canalisateur va enfin pouvoir être reconnu. »
  • CDE : « La difficulté jusqu’à présent était de pouvoir maintenir les compétences. Avec cette formation, ce sera désormais possible. »

Textes et photo : Marie Jeanne Stevaux